vendredi 21 février 2014

Martinho da Vila au Salon du Livre de Paris

Roman-opéra de Martinho da Vila
Martinho da Vila est quelqu’un de cohérent. Lorsque je l’ai rencontré, à la fin des années soixante, j’ai tout de suite compris que c’était un artiste engagé. Tel un « cinéaste des images sonores », il chantait le quotidien des gens les plus simples avec l’expérience de celui qui sait de quoi il parle.
Il a ouvert les portes de sa maison et s’est fait de nombreux amis. Tous ont chanté avec lui pendant le carnaval et tout au long de l’année. Lorsqu’il a composé Nego vem cantar..., il savait qu’en rassemblant son peuple il développerait des idées très nobles. Il a beaucoup voyagé au nom de ses idées ; il a parcouru le Brésil, a visité des nations noires et d’autres pays, et a ensuite réuni toutes ses expériences dans les kizombas (style musical originaire d’Angola, la danse kizomba est surnommée le tango africain) et sur scène.
L’Opéra noir démontre, dès la première page, que les inégalités sociales remontent à des temps très anciens et ont été causées par des erreurs de jugement. L’histoire de ce livre commence au théâtre municipal de Rio. Martinho introduit ses croyances et ses valeurs dans la salle et sur la scène comme si la vie était un grand concert noir. La salle est comble et tous peuvent se rendre compte que la poésie et la musique sont des valeurs universelles.
Après le concert, qui a rencontré un vif succès, nous partons avec lui nous promener dans les favelas. Les jeux des enfants, le quotidien des habitants, la poésie de la vie dans les favelas et les problèmes sociaux sont abordés de façon juste, en toute connaissance de cause. Martinho nous propose des solutions intéressantes qui mériteraient l’attention des pouvoirs publics qui, très souvent, ne comprennent pas les causes des différents problèmes et ne peuvent donc pas imaginer les bonnes solutions. Grâce à ce livre, Martinho da Vila nous montre qu’il travaille toujours avec persévérance pour favoriser l’intégration des habitants des favelas dans notre société. Je crois même savoir qu’il souhaite créer un nouvel orchestre, qui aurait toute liberté pour choisir son répertoire, qui serait accepté par tous, et régi par la morale.
Rildo Hora
ISBN : 978-2-84668-432-3 - Format 14 x 22,5 cm - 150 pages - 15 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire